Les bases d’une prestations de référencement incluent : une architecture de serveur lisible par les moteurs de recherche, un travail sur la popularité et un important boulot sur le contenu.

Sur ce dernier point, la création de contenu ne peut se concevoir sans une recherche de mots clés intéressants. Par intéressant, un mot clé sur lequel on souhaite se positionner dans les moteurs de recherche sera :

  • Un mot clé qui a du volume : Être premier sur une expression qui apporte trop peu d’internautes est une perte de temps. Être placé sur des expressions de très longue traîne c’est bien mais il faut un minimum de volume pour que l’effort fourni en terme de SEO soit convertible.
  • Un mot clé en recherche exacte : Facile d’être trompé par les outils d’estimation de volume et de tendance si on ne regarde que les recherches larges (exemple dans Google Adwords Keyword Tools hotel annecy qui a 90000 requêtes mensuelles). Il faut toujours préférer les recherches exactes plus réalistes (exemple [hotel annecy] qui n’a que 12000 recherches par mois). 
  • Un mot clé qui amène des conversions : Être bien placé sur un terme à fort volume mais sans intention d’achat ne sert qu’à augmenter son trafic. Si les conversions ne suivent pas (achat, contact, inscription newsletter…), le mot clé visé n’a pas grand intérêt. Exemple avec [annecy] tapé 60000 fois mais trop large pour être intéressant. L’internaute qui saisit cette requête dans Google recherche quoi ? Des images, le contact de la mairie, une info sur un évènement… Les annonceurs de la régie publicitaire de Google montrent d’ailleurs bien que ce mot clé – même s’il est beaucoup demandé – n’est pas intéressant : la concurrence est faible pour l’achat d’espace publicitaire sur cette requête.
  • Un mot clé en rapport avec l’activité du site web : Évident non ? Il faut absolument éviter de se positionner sur des mots clés creux ou applicables à plusieurs métiers… Être premier sur « Qui sommes-nous », « Notre philosophie » ou encore « cliquez ici » n’a aucun intérêt. En plus de ne pas apporter de réponses pertinentes à l’internaute, le moteur de recherche constatera un taux de rebond élevé ce qui n’est pas forcément très bon pour la notation globale du site web.
  • Un mot clé qui soit abordable : Vouloir cibler un mot phare de tête de traîne c’est bien mais certainement vain dans un premier temps. Il ne faut pas espérer rivaliser (pas tout de suite) avec un concurrent implanté depuis longtemps, disposant de nombreux liens entrants et d’un nombre de pages important. Viser la tête de traîne n’a pas de sens pour un petit site web. Travailler la longue traîne, les niches puis grossir progressivement est une bien meilleure stratégie : sauf à avoir une trésorerie suffisante pour attendre le nombre d’années nécessaire pour venir se placer en bonne position.
  • Un mot clé au singulier : Par habitude les internautes recherchent plus le singulier que le pluriel. À adapter au cas par cas mais toujours privilégier le singulier de prime abord.