En matière de e-commerce, les mêmes questions liées au SEO reviennent tout le temps. Que ce soit par rapport à l’organisation d’un catalogue profond, à la gestion du stock ou encore aux ajustements entre UX et contraintes des moteurs, petit tour d’horizon des bonnes réponses pour plaire à Google.

Que mettre en place pour le SEO d’un site ecommerce ?

Les indispensables SEO ecommerce

  • Avoir un site web (très) rapide pour Google et pour l’utilisateur
  • Rassurer (https, facteurs de réassurance, avis utilisateurs, notoriété, service client et support rapide et bien noté)
  • Penser mobile-first
  • Mesurer les performances (tracking ecommerce + suivi des micro-objectifs + suivi des conversions + suivi des métriques SEO + suivi des métriques PUB) et s’en servir pour prendre de meilleures décisions
  • Avoir une architecture solide, pensée pour l’utilisateur et permettant aux moteurs de bien comprendre le contenu du site (logique de silo)
  • Si le catalogue est dense, proposer un moteur de recherche interne (non indexable). Exploiter les recherches des internautes.
  • Proposer une navigation claire à l’internaute avec différentes options (UX) qui ne nuit pas à l’indexation du contenu (navigation par facette)

Que faire des produits hors stock ?

  • Si le hors-stock est temporaire, simplement indiquer que le produit est hors stock et quand il sera de nouveau disponible (et pourquoi insérer une incitation supplémentaire – réduction, alerte email…). Éventuellement proposer des produits similaires qui comblent le même besoin.
  • Si le hors-stock risque d’être long (produit saisonnier, réassort la saison prochaine), mettre l’accent sur la catégorie. Prévoir des pages « coming soon » pour être prêt pour le lancement de la saison et permettre à Google de les indexer (le contenu doit être intéressant et permettre de capter les demandes des internautes en attente du produit). Pour les produits saisonniers qui sont renouvellés chaque année avec des variantes, mettre en place une redirection 301 de la version précédente vers la version en cours.
  • Si le hors-stock est définitif, rediriger via une instruction 301 vers la page produit la plus proche ou, au pire, vers la catégorie de niveau supérieur. Si le produit est vraiment spécifique, mettre en place un code serveur 410 (parti, ne reviendra plus). Si le produit est générique, autant réutiliser l’URL pour un produit très similaire, qui lui, est en stock. Éventuellement, ne rien faire et garder la page si le produit était incontournable et si l’information présente sur la page peut intéresser un grand nombre d’internautes. Dans ce dernier cas, des appels à l’action vers des sections spécifiques du site (abonnement, suivi sur les réseaux sociaux, codes promos…) pourront être mises en place.

Comment montrer les nouveaux produits à Google ?

L’objectif est de faire indexer les nouveaux produits. Il faut alors permettre aux moteurs de les trouvers facilement (c’est à dire depuis les pages ou les crawlers passent souvent)

  • En les remontant en tête de catégorie via une section « nouveaux produits »
  • En les remontant sur la page d’accueil
  • En les remontant sur une page « nouveaux produits »
  • En les poussant depuis un autre endroit (blog, réseau social, flux de produit…)
  • En intégrant toutes les méta-données possibles (schema.org avec les champs produits, prix, disponibilité, avis…)

Comment optimiser les pages de catégorie ?

  • Faire des liens depuis l’extérieur vers ces pages web
  • Faire des liens internes vers ces pages. Renforcer le netlinking interne pour pousser ces pages au détriment des pages de produit. Une page de catégorie bien construite est une tête de silo pour les produits qui se trouvent dans son arborescence.
  • Densifier (beaucoup) le contenu des pages de catégorie. Ajouter des éléments multimédia. Traiter les pages de catégorie comme de mini page d’accueil.

Comment bien distribuer son contenu à l’extérieur ?

Ici, il s’agit de ne pas se faire voler ses positions et son contenu en distribuant tout son rédactionnel et ses plus beaux visuels aux comparateurs de prix et autres intermédiaires et places de marché qui vont entrer en concurrence directe avec le site web à optimiser.

  • Le plus simple, mais pas très sympa pour les partenaires, consiste à disposer de 2 flux de produits. Un flux allégé qui est distribué à l’extérieur et le contenu chouchouté qui est réservé pour le site. Possible via les mécanisme de champs annexes sur les fiches produits. On peut alors placer les descriptifs des fabricants directement dans les champs annexes qui seront aspirés par le flux destiné aux tiers.
  • La meilleure solution consiste à avoir 2 flux de produits. Le meilleur étant réservé pour le site. Le second, plus simple mais retravaillé par rapport à ce que propose le fabricant, servira aux autres sites.

Que faire des pages produits creuses ?

La réponse (pas drôle) est tout simplement de densifier les contenus. Pas forcément facile ni pertinent en fonction du nombre de produits régulièrement ajoutés.

  • Pour les produits très similaires (variations – par exemple pour les tailles, les couleurs), indiquer une page maître et se focaliser sur son contenu textuel. Les pages de variations pourront simplement redirigier avec une balise rel=canonical vers la page maître.
  • Tenter de faire participer les utilisateurs en leur demandant de déposer un avis / de poser une question.
  • Se focaliser non pas sur les caractéristiques mais sur la plus-value utilisateur. Ça permet de se différencier de la concurrence. Attention, c’est difficile d’être imaginatif pour des produits similaires proposant les mêmes avantages.
  • Tenter d’autres formats : images (sous tous les angles), vidéos, produits en 3D… À défaut d’apporter du texte, on apporte autre chose à Google et de la satisfaction à l’utilisateur. Et si la concurrence ne le fait pas, c’est toujours mieux que de ne rien faire.
  • Faire le choix de renforcer les pages de catégorie au détriment des pages de produits.
  • Se concentrer sur les pages produits les plus visitées / les plus rentables. Améliorer leur contenu. Laisser de côté les autres.
  • Ne rien faire (pour les produits de fond de catalogue). Garder la description de base du fabricant. Pas l’idéal loin de là mais ces pages pourront néanmoins servir à l’internaute, aux flux de produits (pour la publicité) et bénéficieront à minima à l’architecture du site à condition d’être indexées.