Votre site est bien positionné sur de nombreux mots clés mais vos efforts ne portent pas leurs fruits. Le trafic stagne et les visiteurs ne se transforment pas en contacts ou en clients. Que se passe-t-il ?

premier sur google, pas de trafic

Cette situation n’est pas si rare que ça et on constate plusieurs raisons qui explique que malgré de bons positionnements dans les moteurs de recherche, les pages sont finalement peu vues.

Résultats personnalisés et résultats réels

Ce n’est pas parce que votre site est premier dans Google qu’il est premier sur les ordinateurs des autres internautes. Google apprend et personnalise les résultats. S’il voit que vous faites souvent les mêmes recherches et cliquez sur les mêmes liens, il peut pousser vers le haut et uniquement pour vous vos résultats préférés. Pour se prémunir de cet embêtant effet de bord, il faut utiliser les données de Google Search Console qui indiquent les positions, les CTRs, le nombre d’impressions et de clics par requête et par page. C’est ce qui est le plus facile tout en restant à peu près fiable.

Termes de recherches peu recherchés

À vouloir faire dans le spécifique, peut-être que vos contenus sont trop nichés. En ciblant très finement, vous produisez peut-être du contenu que très peu de gens sont susceptibles de chercher. Si votre contenu cible 100 personnes par mois, il est logique de n’avoir que 30 visites pour une top position.

Il faut aussi se méfier des outils de tendance et des volumes de trafic que l’on peut obtenir. Si vos outils de trafic indique 3000 recherches mensuelles pour « hotels annecy », « hotel annecy » et « hotel à annecy », le total des recherche est certainement 3000 et pas 9000 (3 x 3000). Enfin, les outils sont parfois pas très précis (c’est un euphémisme) dans leurs volumes annoncés.

Pas de demande… maintenant

La saisonnalité des requêtes donne des sueurs froides aux nouveaux webmasters. En fonction des périodes de l’année ou d’événements particulirs, le trafic peut bondir ou chuter avec un facteur 10. Tout dépend à partir de quand les mesures de trafic sont réalisées (haut ou bas de tendance). Seul le temps permet d’identifier les aléas de la saisonnalité.

Un titre et une description peu vendeurs

Être premier c’est bien. Encore faut-il que le petit encart qui apparaisse sur Google donne envie d’être cliqué. Si le titre n’est pas fameux et que la description ne l’est pas non plus, il y a des chances pour que les internautes préfèrent le second résultat. D’autant plus si différentes astuces de présentation permettent de faire ressortir les autres résultats (présence de visuels, de notes, de fil d’ariance, de liens complémentaires…).

Une recherche navigationnelle

Être bien placé sur une requête navigationnelle sans être la cible souhaitée apporte peu de trafic. Si je suis premier sur « Voyage SNCF » et qu’en seconde position apparaît le site de la SNCF, il est clair que les itnernautes choisiront le second. Ayant un besoin précis derrière la tête, les internautes vont occulter les autres résultats que celui qui était pressenti.